La qualité de l’écoute sur vinyl : un charme indétrônable

Le son d’un vinyle procure bien plus de sensations à vos oreilles qu’un CD ou qu’un fichier mp3. Ce disque microsillons passe par plusieurs étapes avant d’être opérationnel :

  • Tout d’abord, le mastering, moment où le fichier numérique est basculé en fichier analogique. Ici, les sonorités sont retravaillées : on renforce les sons aigus et on réduit l’effet stéréo des sons graves.
  • Ensuite vient le cutting (la gravure), les microsillons se voient gravés sur une matrice en cuivre, ou bien en acétate.
  • On arrive sur la fin avec la galvanisation (electrolyse ou metalwork) doit être effectuée pour transformer le disque en stamper (en empreinte).
  • Pour terminer, l’étape du pressage est essentielle.

Les cinquante premiers disques ne sont en général n’ont pas une qualité sonore suffisante pour être mis sur le marché, plusieurs réglages sont nécessaires pour perfectionner ce bijou musical. Si le vinyle n’est pas des plus pratiques par son format, ni par la nécessité de changer de face et de disque régulièrement, les ventes se multiplient et explosent ces dernières années. C’est le cas en France. On l’écoute par nostalgie ou encore pour son son si atypique. Il a une signature singulière. Un disque analogique donne un son plus chaleureux, plus en rondeur et plus net qu’un CD où le numérique prend trop le dessus. On entend mieux l’acoustique de l’endroit d’enregistrement sur ce genre de disque. Son son si particulier vient de la compression et du travail avec des ingénieurs du son de ce dernier. Plus de détails sont mis en valeurs et deviennent audibles sur ce format. On entend un petit crépitement délicieux lorsque le diamant rencontre le vinyl et ses nombreux sillons. On se verrait presque déjà, un verre à la main, dans son fauteuil en écoutant un peu de jazz.

Les disquaires en France et les différentes platines pour écouter des vinyles

En France, 334 disquaires indépendants sont dispersés partout sur le territoire. La vente de vinyles représente 70% environ de leur chiffre de vente. Le support CD, lui, ne cesse de chuter ces dernières années. Le vieux disque vient remplacer la technologie du compact. Les références sont au nombre de 5000 en valeur médiane, un catalogue riche et très varié qui montre l’importante place qu’occupe ce format dans nos rayons. Pour profiter pleinement de leur charme inimitable, il est absolument conseillé d’investir dans un matériel adapté. Pour les écouter, un large choix de platines s’offre à tous les passionnés de musique. Il est nécessaire de préamplifier le signal sonore pour un meilleur rendu avec les enceintes et l’amplificateur. Ainsi la qualité du son analogique ne sera que plus perceptible (le numérique est beaucoup moins utilisé sur ce genre de modèle et rend moins bien). Il existe des platines à aimants mobiles ou à bobine mobile. La première est financièrement plus accessible, et donc parfaite si vous avez un petit budget et que vous commencez tout juste votre collection. La seconde a un rendu plus proche de ce que recherchent les passionnés, un son plus brut et original. Une platine à courroie participera davantage à ce rendu qu’une platine avec un entraînement direct.

Le vinyle est un produit qui prend de la valeur avec le temps

Le vinyle est un produit qui prend de la valeur avec le temps. Parfois, on en trouve avec une face gravée en 45 tours et une autre en 33 tours. Certains sont mêmes colorés ou sont ornés d’un dessin. Les diverses fantaisies ont été exploitées pour donner des éditons uniques. Le tout premier était un 78 tours, au XXe siècle. Ce phénomène a pris de l’ampleur dans les années 70 pour finalement se faire dépasser par la technologie, plus compacte et plus pratique (on pouvait emmener et écouter notre CD partout avec nous, notamment grâce au baladeur). En effet s’il a été longtemps délaissé au détriment des CD, qui ont l’avantage de ne nécessiter d’aucun changement de face pendant la lecture, il fait son grand retour. Ses ventes explosent ces dernières années alors que celles des CD régressent considérablement avec une chute de près de 30% l’année dernière. Le vinyle regagne énormément de la valeur avec le temps. Elle est déterminée en fonction de la rareté de l’édition et de l’artiste dont il est question. Les prix vacillent entre 20 et 100 euros pièce. L’industrie du pressage a encore, sans aucun doute, de longs jours devant elle. Il ne reste plus qu’à vous laisser séduire par cette merveille acoustique. Courez acheter vos 33 ou 45 tours chez votre disquaire et allez acquérir une platine. Promis, vous ne regretterez pas ce choix.